portrait de Charles BOURGE
badge Héros Locaux

Charles BOURGE, céréalier et éleveur de volailles et de porcs

Saint-Gervais-en-Belin

Charles un agriculteur qui s’investit dans le monde agricole


Agriculteur en GAEC dans le Belinois, Charles Bourge est un acteur engagé qui concilie économie, environnement et favorise le lien social des habitants.


            Issu d’une souche agricole

Charles Bourge est un jeune céréalier de 31 ans, producteur de volailles et de porcs installé en GAEC à St Gervais-en-Belin dans la Sarthe. L’activité principale du GAEC du Lunerotte repose sur l’élevage de porcs, mais Charles s’occupe plus particulièrement des 4 poulaillers de Loué et de la comptabilité. Il baigne dans le milieu agricole depuis tout petit. Issu d’une lignée d’agriculteurs, Charles fut élève du lycée agricole de Rouillon où il décroche un bac scientifique, avant de poursuivre ses études à l’école d’ingénieur de Purpan à Toulouse. Il passe ensuite une année en Australie pour découvrir d’autres facettes de son métier. Il revient en 2013 en Sarthe pour y exercer différentes tâches de saisonnier agricole avant de rejoindre ses 2 frères et sa mère au sein du GAEC début 2015 auquel  s’est joint,  un an plus tard, un 4ème associé au moment du départ en retraite de leur maman.


            Concilier économie et environnement

Soucieux de développer une agriculture moderne  qui concilie performance économique et  environnementale, Charles et ses associés du GAEC du Lunerotte ont mené à bien l’an dernier un projet sur leur exploitation de 295 hectares. Une nouvelle porcherie d’engraissement sur paille est sortie de terre. Pour améliorer le bien-être des animaux, sujet sensible dans l’opinion publique, les animaux sont élevés sur une litière en paille, ramassée  après la récolte du grain, et disposent d’un espace à vivre plus important que dans les élevages conventionnels. La densité des animaux est plus faible. « C’est un cahier des charges type label rouge » précise Charles.  « On ajoute des graines de lin par exemple dans leur ration ». Leur installation est à la pointe de la technologie. Tout est géré par ordinateur pour l’alimentation. 3 à 4 fois par jour, les porcs à l’engraissement se ruent sur leur préparation alimentaire calculée et dosée  selon leur croissance.


            Un circuit court de production et de distribution

Les cultures céréalières produites sur l’exploitation comme l’orge, le maïs ou le blé servent à nourrir les porcs.  « Nous essayons au maximum de produire en circuit fermé » Tous les porcelets qui naissent sur l’exploitation sont conservés et élevés sur place. « On travaille aussi avec la charcuterie Cosme, une entreprise familiale implantée sur la Sarthe ». Charles se plait aussi à faire découvrir son métier d’agriculteur. Ce fut le cas  notamment l’an dernier lors des portes ouvertes de l’exploitation organisées pendant le comice de St Gervais-en-Belin qui a lieu tous les 10 ans environ dans la commune.  


            Administrateur du conseil de l’Union des CUMA

Charles  exerce  aussi des responsabilités dans le secteur agricole et notamment des coopératives d’utilisation de matériel agricole (CUMA). Il est administrateur du conseil de l’union des CUMA des Pays de la Loire sur le département de la Sarthe. Notre agriculteur reste attaché aux valeurs de cette organisation qui reposent notamment sur des notions de Développement de la solidarité et des valeurs humanistes, de développement raisonnable et équilibré des territoires.  Même si la taille des exploitations s’accroît et le nombre d’agriculteurs diminue, la coopération de proximité apporte des avantages incomparables. « Les CUMA sont un lien social et de cohésion  très fort entre les exploitations »  précise Charles alors que l’éloignement géographique des exploitations tend à provoquer un repli sur soi de chaque exploitant à l’opposé  de l’entraide que les agriculteurs des générations antérieures ont connue.


            Des fusions de CUMA pour dynamiser le territoire

Charles et ses 3 associés ont réfléchi  à l’évolution de différentes CUMA qui concernaient déjà leur exploitation. 3 CUMA du canton, qui voyaient peu à peu leur nombre d’adhérents décliner,  ont été regroupées en une seule pour conserver leurs activités et les redynamiser par l’engagement  de jeunes agriculteurs locaux. La CUMA du Belin,  de Clairefontaine, et celle de Saint-Gervais-en-Belin ne forment désormais plus qu'une seule CUMA. Charles en est le trésorier. Cette restructuration leur permet de rationaliser le temps passé en optimisant le matériel agricole utilisé et de bénéficier d’un appui technique de la région ou du département.

En parallèle, Charles est aussi membre du conseil d’administration de la CUMA de l’Horizon, basée à Téloché,  qui permet de faire des économies d’échelle en regroupant des activités et de pérenniser 2 emplois stables à plein temps en local.


            Une bonne note pour Charles

Charles cumule aussi les responsabilités puisqu’il est président d’une association locale musicale : l’orchestre d’harmonie du Belinois forte de ses 60 musiciens. « Je joue du trombone à coulisse » aime à rappeler notre agriculteur. Ce groupe de musiciens qui habitent sur plusieurs communes du secteur du Belinois contribue à dynamiser humainement ce territoire. 

En résumé, on peut qualifier Charles Bourge d’être est un homme engagé aux multiples casquettes.


Regard de proximité
Pierre-Emmanuel, conseiller grande clientèle agricole :

« Charles est un agriculteur novateur sur son exploitation en polyculture élevage. Les 4 associés ont développé l'exploitation familiale avec une stratégie éco-responsable. Nous sommes le partenaire du développement et de la protection de cette exploitation. Nous avons de bons rapports professionnels mais surtout notre coopération est très agréable. En bonus, nous partageons une passion commune avec Charles : le trombone ! Il fait vibrer le Bélinois au sein de son harmonie et j'ai le plaisir de l'écouter régulièrement."

partager

To Top