portrait de Lison LORRE
badge Héros Locaux

Lison LORRE, co-gérante EARL Chèvretheil

Mauges-sur-Loire

Eleveuse de chèvre, Lison s’épanouie auprès de son troupeau 


A seulement 24 ans et sans attache particulière dans le milieu agricole, Lison Lorre, et ses associés visent la crème de la crème des fromages en transformant une partie du lait collecté dans la fromagerie de l’EARL Chèvretheil qu’elle a contribuée à développer.


D’abord accueillie en stage à l’EARL Chèvretheil, une exploitation spécialisée dans la production laitière caprine, Lison Lorre s’est installée suite à la mise en place quelques mois avant d’un laboratoire de transformation de lait en rejoignant 2 associés déjà présents dans l’EARL.

            Début de l’article

Lison Lorre a aujourd’hui 24 ans. Elle a grandi à St Pierre Montlimart dans une famille non issue du milieu agricole. Elle fut notamment élève au Lycée agricole et professionnel St Gabriel au Pellerin en BAC pro conduite et gestion d’une entreprise agricole avec option équin, l’équitation étant une de ses grandes passions. En 2016, elle poursuit ses études en BTS, à l’École Supérieure d’Agriculture à Angers, axée sur la gestion d’exploitation agricole. Elle effectue son stage en entreprise au sein de l’EARL Chevretheil, une exploitation laitière caprine installée à la Boutouchère, commune de St Florent-le-Viel et y travaille même un week-end sur deux.

            Mais remontons le fil du temps pour mieux comprendre

C’est en effet dans les Mauges à Haut Theil, aux confins de Beausse, de Botz-en-Mauges et de St Florent-Le-Vieil que Jessica Delaunay et son beau-père Yvan ont d’abord créé leur exploitation caprine à vocation uniquement laitière dans ses débuts. Puis suite au départ en retraite de son associé en 2014, Jessica s’associe avec son beau-frère Jonathan Jollivet. Le troupeau de chèvres grandit vite pour atteindre 350 têtes de race alpine. A cette époque, Jessica et Jonathan se consacrent exclusivement à l’élevage mais Jonathan mûrit depuis un moment un projet de fromagerie. Et c’est durant son stage d’études à l’ESA, que Lison, notre jeune agricultrice, choisit de rédiger un rapport de stage portant sur un projet de transformation fromagère avec une analyse de faisabilité économique d’un laboratoire à l’EARL Chèvretheil. Cette étude plait déjà fortement aux 2 associés qui l’accueille pour sa formation. Et c’est donc tout naturellement qu’après sa 3ème année d’étude en 2017 en licence management des entreprises agricoles que Jessica et Jonathan proposent à Lison de devenir d’abord salarié de l’EARL, puis de s’associer 1 an plus tard avec eux. « J’en avais vraiment envie, et je ne me voyais pas le faire ailleurs. J’étais très contente qu’ils me le proposent » note Lison.

Mais pour mener à bien ce projet, il a fallu investir. Heureusement, des fonds européens et une subvention du département ont permis de rendre possible leur objectif. …40.000 euros ont été nécessaires pour construire le laboratoire de 40 m², acheter la remorque réfrigérée et le fourgon pour la tracter. Lison a assuré la communication lors du lancement de la fromagerie et gère aujourd’hui la page Facebook et Instagram de l’exploitation pour valoriser leurs fromages.

            Une partie du lait transformée en fromages 

Aujourd’hui, sur les 290.000 litres de lait que produit l’exploitation, 20.000 litres sont transformés en fromage sur place avec pour objectif de tendre vers les 30.000 litres dans les années à venir. Le reste est collecté tous les 3 jours au profit de Lactalis, l’industriel agro-alimentaire. Seul Jonathan assure la transformation du lait collecté en fromage. « Il s’est formé pour, il le fait avec passion, et ses fromages sont très bons » précise Lison avec humour. Après les 2 traites quotidiennes, le lait est mis à cailler pour être moulé le lendemain. L’offre en fromages de chèvre est variée : nature, aux herbes, cendré, aromatisé ou encore des fromages frais, demi-secs ou secs. Le client peut choisir parmi le crottin, le chabis ou la bûche. On trouve aussi le fromage blanc et la faisselle.

Lison et Jessica travaillent en binôme et s’occupent des chèvres et des deux traites quotidiennes. Jonathan gère l’alimentation des chèvres, les fourrages et le paillage « Nous sommes toutes les deux à la traite ensemble car il faut absolument deux personnes ». Lison gère aussi la comptabilité de l’exploitation alors que Jessica s’occupe davantage de la partie administrative liée aux ventes. Les associés s’organisent entre eux pour bénéficier d’un week-end sur deux de repos. 

            Un travail respectueux de la nature et des chèvres

Lison et ses associés ont pris le parti de respecter le cycle naturel de leurs animaux : « les chèvres, suivent des saisons. Elles mettent toutes bas en début de chaque année. Certains éleveurs les dessaisonnent de façon à avoir du lait toute l’année en utilisant des lumières artificielles. Ici, du fait que les chèvres sont taries, nous ne collectons pas de lait l’hiver, excepté celui fourni par nos plus vieilles chèvres qui ne se reproduisent plus. »

L’alimentation de nos chèvres est majoritairement produite sur les 85 hectares de l’exploitation que ce soient les foins, l’affourragement vert, le maïs grain, ou l’orge. « On pratique aussi une agriculture raisonnée, en limitant le plus possible les traitements, on privilégie la technique du sans labour » 

            Des ventes en circuits courts

Lison et ses deux associés ont fait le pari de la vente directe : un choix des circuits courts adopté par de plus en plus de consommateurs et qui s’est accentué en raison du contexte sanitaire actuel. Les clients peuvent acheter à la ferme tous les samedis de 10h00 à 12h00. « Ce n’est pas ici que nous faisons les plus grosses ventes. Mais les gens sont contents de venir à la ferme notamment avec les enfants ». Une partie du chiffre d’affaires est réalisé grâce au distributeur automatique implanté à Varades. « Il est installé depuis fin 2020 sous un préau et fonctionne très bien à proximité d’autres distributeurs de fruits, légumes ou viandes. Nous écoulons aussi nos fromages dans un magasin de producteurs, Station Terroir, à St Georges-sur-Loire où une salariée gère l’ensemble des produits proposés ». Jonathan est présent le mercredi soir sur le marché de St Pierre Montlimart. On retrouve aussi nos fromages à « L’épicerie de Marie » à St Florent, ou la boucherie de Varades, ou encore aux magasins Proxi de la Boutouchère et Botz-en-Mauges. Les grandes surfaces sont exclues pour le moment du circuit de distribution pour des raisons économiques et d’approvisionnement régulier.

            Bienvenue à la ferme

L’EARL Chèvretheil fait partie du réseau national Bienvenue à la ferme. Lison et Jessica accueillent de temps à autres des visites pédagogiques de scolaires, des Instituts Médico-Educatifs (IME), des assistantes maternelles, de maisons de retraite. « C’est vraiment pour faire plaisir aux gens et à nous-mêmes, nous aimons bien échanger sur notre beau métier ». 

Jessica fait aussi partie du réseau Bienvenue à la Ferme avec ses 2 gîtes, offrant 15 couchages. Elles profitent des séjours à la ferme pour faire découvrir leurs animaux et, le métier d’agriculteur.

Lison vient de se voir décerner le 1er prix installation 2020 des Jeunes Agriculteurs en Maine-et-Loire. Elle a été choisie parmi 30 candidats, 6 finalistes et selon des critères d’organisation du travail, l’innovation, la plus-value et la viabilité du projet et la prise de risque, Lison n’étant pas issue du milieu agricole. Une belle reconnaissance de tout le parcours déjà accompli par notre jeune éleveuse.


A propos de l’EARL Chevretheil 

Adresse : Le Haut Theil – 49410 LA BOUTOUCHERE

Téléphone : 06 63 04 05 77

Facebook : @chevretheil


Regard de proximité
Bruno, conseiller sur le marché de l’agriculture à l’agence de Saint-Florent-le-Vieil :


« Installée dès l'âge de 22 ans, Lison nous a tout de suite convaincue par son envie de réussir et sa passion pour le métier d'agricultrice. Elle nous a également persuadé par sa fraîcheur et sa jeunesse. Lison est une cliente toujours disponible et souriante, nous sommes à l'écoute de ses besoins et avons établi une confiance réciproque dans notre relation. »

partager

To Top