portrait de Valentin RIOBÉ
badge Héros Locaux

Valentin RIOBÉ, membre de Studios Vendéens

Sèvremoine

Du court-circuit au court-métrage, Monsieur 100.000 volts, est un passionné de la vie


Valentin Riobe est un jeune homme passionné par tout ce qu’il touche. Formé au métier de l’électrotechnique, il s’adonne aussi avec ferveur au cinéma en réalisant des courts métrages avec l’association « Studios Vendéens ».


Valentin Riobé est un jeune homme de 24 ans, originaire de Beaulieu-sur-Layon, près d’Angers. L’informatique, la robotique, l’électronique, l’électricité, l’audiovisuel… Valentin est passionné́ depuis tout petit par toutes ces technologies si bien que c’est tout naturellement qu’il s’est orienté́ vers le secteur de l’électricité.

La majeure partie de sa formation s’est déroulée au BTP CFA de Maine-et-Loire à Angers : CAP en alternance, Brevet Professionnel. Il a ensuite poursuivi son apprentissage en BAC professionnel électricien avant de s’orienter depuis septembre 2018 vers un BTS Electrotechnique, cette fois-ci en alternance au lycée St Aubin de la Salle, à St Sylvain d’Anjou.

Il réside aujourd’hui à la Verrie, en Vendée, à proximité du Grand Parc du Puy du Fou qui l’emploie depuis le début de son alternance pour effectuer son stage en entreprise. Il y a intégré le pôle maintenance des bâtiments et est même devenu le responsable de la vidéo surveillance et des contrôles d’accès.

            Une soif de compétition

Valentin aime les défis. Il a toujours été déterminé à changer la vision que beaucoup de personnes peuvent avoir des métiers manuels et de l’apprentissage. Il est en constante recherche de nouveautés afin de repousser ses limites aussi bien dans le domaine technique, physique que mental. Déjà reconnu Meilleur Apprenti de France en 2015 lorsqu’il débute sa formation en électricité à Beaulieu-sur-Layon, il choisit par la suite de participer à plusieurs épreuves des Olympiades des Métiers. Ces grandes compétitions internationales de la jeunesse et de la formation professionnelle offrent l’opportunité aux jeunes de moins de 23 ans de réaliser en public une démonstration technique de haut niveau. Il y obtient plusieurs prix et distinctions.

Parmi elles, Valentin a notamment décroché, en décembre 2018, la médaille de bronze aux finales nationales à Caen qui lui a permis d’intégrer l’équipe de France l’année suivante à Kazan en Russie. Il fut l’unique représentant Français dans la catégorie Installation Electrique du Worldskills* et n’a pas hésité d’ailleurs à mettre entre parenthèse sa formation au lycée et son travail durant plusieurs mois pour se consacrer uniquement aux entrainements : immersion avec une équipe d’électriciens du service maintenance d’un palace londonien, finale nationale en Belgique, compétition amicale de préparation en Chine.

« Le niveau est très élevé. Je me suis entrainé énormément sur toutes les techniques qui existent partout dans le monde. Par exemple, sur du cintrage de tubes, la matière peut changer en fonction du pays, il faut donc faire des recherches pour savoir ce qu’on peut avoir comme matériau le jour du concours. Il faut connaître les normes du pays qui nous accueille, qui sont différentes de la France ». Les concurrents n’ont évidemment pas connaissance des sujets à l’avance. « En plus, il y a la barrière de la langue. Tout se passe en anglais pour corser le tout » précise Valentin. Il terminera l’épreuve 23è sur 41 concurrents.

Cette ouverture sur le monde lui a aussi permis de faire de belles rencontres, des compétiteurs bien sûr, français ou étrangers mais pas seulement : « Lorsque j’étais membre de l’équipe de France, nous avons eu l’honneur d’être reçus à l’Élysée par le Président Macron. J’ai eu aussi l’occasion de rencontrer des députés à l’Assemblée Nationale de même que la Ministre du travail Murielle Pénicaud qui est venue nous soutenir à la compétition internationale à Kazan ».

            Passionné par tous les arts

Valentin Riobé a plus d’une corde à son arc. Il s’intéresse à tout. « Mes 3 domaines de prédilection, sont la technologie, la science et l’art et je parviens à les relier en permanence ». Né dans une famille de musiciens, il joue du piano depuis sa petite enfance. Il pousse parfois même la chansonnette. « J’ai eu l’occasion de jouer en public à l’occasion de fêtes des écoles ou pendant la Fête de la musique ».

Passionné de sport, musique, de photographie, d’images, de cinéma et vidéaste autodidacte, il a rejoint aussi la communauté des Puyfolais et donne de son temps comme technicien bénévole pour la Cinéscénie. « Il m’arrive même de temps en temps de faire l’acteur ; jouer devant 14000 personnes, c’est fascinant. » Il y découvre surtout l’envers du décor. « Il est vrai que d’assister aussi à des tournages de bandes annonces de spectacles au Puy du Fou, ça m’a donné envie de me lancer dans cette expérience du cinéma ». Son métier lui permet d’être au contact de professionnels de l’audiovisuel et de la scénographie et d’apprendre en permanence auprès d’eux. 

            Il crée des courts métrages

C’est au Puy du Fou toujours, qu’il a fait la connaissance de Mathieu Leroux, et rejoint son association « Studios Vendéens » en 2018, implantée à Sèvremoine, et dont ce dernier en est le président. Cette équipe de bénévoles réalisent des fictions à thèmes historiques en cherchant à intéresser différemment leur public à l’Histoire. « C’est même inscrit dans les statuts de l’association ». Avec Matthieu, devenu aujourd’hui son ami, ils ont déjà réalisé deux courts métrages.

La jeune équipe projette de produire très prochainement un nouveau film « Troisième voiture » dont le calendrier de tournage est malheureusement gelé en raison du contexte sanitaire. « Nous avons pris du retard car la Préfecture ne nous a pas donné les autorisations » précise Valentin. Une histoire qui se déroule dans le wagon restaurant d’un train à vapeur du Chemin de fer de la Vendée racontant la rencontre d’une femme fatale et de son amant dans les années 1920. Chacun son rôle, Matthieu réalise le film, Valentin accompagne le réalisateur et s’implique dans la préparation des tournages. Il assiste beaucoup Matthieu dans les différentes démarches grâce aux relations qu’il a pu nouer. « J’ai pu contacter le vice-président de la région des Pays de la Loire pour qu’il nous aide pour notre prochain film ». Pour mener à bien leur projet, Valentin et ses amis ont recours au financement participatif au moyen de cagnotte mise en ligne. Les budgets varient de 6000 à 20000€. « Ça nous permet de couvrir tous les frais incontournables : locations de matériel, costumes, intendance, décors, etc. ».

Un 4ème court-métrage « La mort attendra » est même en préparation et sera tourné en septembre. Le film d’une vingtaine de minutes racontera l’histoire d’un ancien poilu hanté par ses souvenirs de la 1ère guerre mondiale. 100 mètres de tranchées seront reconstitués. Leurs films sont visibles principalement sur Youtube. Ils ont fait partie aussi de sélections de quelques festivals de courts-métrages comme celui de Cholet.

Dans un avenir proche, Valentin espère se faire embaucher définitivement au Grand Parc du Puy du Fou. Mais passionné par tout ce qu’il découvre, il envisage à court terme de créer sa micro-entreprise et proposer notamment des montages vidéos à des entreprises qui chercheraient à communiquer sur leur site internet par exemple. Et pourquoi pas percer plus tard dans le monde du 7ème art.


Worldskills* : Cette compétition internationale unique au monde est gérée en France par l'association loi de 1901, WorldSkills France. Les Olympiades des métiers, connues mondialement sous le nom de WorldSkills, se présentent comme l'unique compétition internationale des métiers, à l'image des Jeux Olympiques pour les sports.



A propos des Studios Vendéens

Adresse : 2 chemins du Petit Verger – Tillières – 49230 SEVREMOINE

Téléphone : 06 03 08 03 71

Site internet : studios vendeens.fr

Facebook : @StudiosVendeens

LinkedIn : @studiosvendeens

Youtube : @StudiosVendeens


A propos de Valentin

Instagram : @valentin_riobe

LinkedIn : @Valentin_Riobé

partager

To Top