portrait de Sandrine et Denis MALDONADO et LEDAGUENEL
badge Héros Locaux

Sandrine et Denis MALDONADO et LEDAGUENEL, gérants de Treiz'Util

Juigné-sur-Loire

Sandrine et Denis joignent l’utile à l’utilitaire


Avec Treiz’Util, spécialiste de l’aménagement des véhicules professionnels, Sandrine et Denis facilitent le travail des artisans de Juigné et de sa région. 


            Ne pas baisser les bras

Quand en 2012, l’employeur de Sandrine et Denis met la clé sous la porte, c’est la frustration qui domine chez les deux collègues qui travaillent ensemble depuis 15 ans. Sandrine comme secrétaire administratif et Denis comme chef d’atelier. Pour eux, l’aménagement de véhicules utilitaires répond à un vrai besoin chez les artisans de la région. Et ils trouvent dommage de ne pas pouvoir faire fructifier leur expérience, leur carnet d’adresses et leur passion. 

Ni l’un ni l’autre ne sont du style à s’apitoyer sur leur sort ou à rester inactifs. L’envie de créer ensemble leur propre affaire s’installe rapidement. Mais comment faire ? Ils ne disposent pas des économies pour investir dans une création d’entreprise. 

La rencontre avec l’un de leurs anciens fournisseurs est décisive. Certain de la viabilité de leur projet, il les oriente vers la Chambre de Commerce et d’Industrie. A leur grande surprise, ils reçoivent,  là aussi, un accueil enthousiaste. « Tout le monde croyait à notre projet sauf nous » s’étonne encore Sandrine. Encore prudents, ils engagent les démarches, se forment à la gestion d’entreprise et présente un dossier de financement à Initiative Anjou. Sans être totalement convaincus, ils savent se montrer convaincants et obtiennent un prêt d’honneur de 20 000 euros.  Ils savent qu’ils ne peuvent plus reculer.


            Le sur-mesure au service des artisans

La société Treiz’Util voit le jour à Juigné en févier 2013. L’entreprise offre un service sur mesure aux artisans de la région : l’aménagement intérieur et extérieur, bois ou métallique, des véhicules utilitaires. Ils installent également des galeries, des porte-verre ou de la signalisation lumineuse sur les fourgons. 

Les 6 premiers mois sont difficiles. Les deux associés peinent à réactiver leur réseau. « La nature a horreur du vide et nos clients avaient trouvé d’autres solutions. Le téléphone ne sonnait pas ». Soutenus par leur banque, ils tiennent bon et les premières commandes finissent par arriver. Le succès aussi. Le bouche à oreille fait rapidement la promotion de la qualité et la réactivité de Treiz’Util. Aujourd’hui l’entreprise affiche un chiffre d’affaires de 600 000 euros et aménage plus de 300 fourgons par an à l’aide de 2 collaborateurs (un ancien collègue et un jeune menuisier arrivé deux ans plus tard). 

« Au départ, nous travaillions plutôt avec les concessionnaires mais désormais les artisans viennent de plus en plus nous voir en direct. » Angers Loire Métropole leur a fait confiance dès le début de l’aventure et reste aujourd’hui un client majeur qui confirme leur notoriété. 


            Conserver un esprit de famille

Un succès qui ne monte pas à la tête de nos deux associés. S’ils ont décidé d’investir dans leurs propres locaux, Sandrine et Denis sont très attachés à la dimension familiale de l’entreprise. 

« Pas question de créer une franchise, comme on nous l’a proposé. Nous tenons à rester proches de nos clients et de nos collaborateurs ». Fait rarissime pour une petite entreprise, Treiz’Util a mis en place un plan d’épargne entreprise pour partager une partie de ses bénéfices avec ses salariés. 

Leur principale préoccupation aujourd’hui, c’est de faire face au volume d’activité et d’anticiper le départ à la retraite de Denis en 2022. Cela passe par le recrutement d’un nouveau menuisier-monteur. Mais trouver la perle rare n’est pas une mince affaire. 

« C’est vrai qu’on cherche un peu des Mac Gyver » reconnaît Sandrine. 


Pour en savoir plus sur les services :

www.treiz-util.com



Regard de proximité

Stéphane, conseiller grande clientèle professionnelle à l’espace professionnel d’Angers :

«Avec Sandrine et Denis, nous sommes en présence d’un cas d’école de la création d’entreprise : ils ont su en effet se relever d’un licenciement, créer leur entreprise avec deux embauches à la clé, se constituer un réseau, et peuvent être fier d’une activité toujours florissante. Outre un réel talent commercial et technique des gérants, cette belle aventure n’a été possible qu’avec des qualités humaines indéniables ».

partager

To Top